Les Sorciers de la Musique classique à Tahiti

Les Sorciers de la Musique classique à Tahiti est un projet d'éducation artistique et culturelle destiné à prolonger la mission des orchestres nationaux dans les outremers français pour :

- démocratiser l'accès à la musique classique ;

- créer des passerelles culturelles ;

- promouvoir l'égalité des chances, des rêves et des choix ;

susciter des vocations.

Il est aussi un projet pilote, qui a vocation à être reproduit chaque année en métropole et dans chacun des territoires ultramarins. Il se décline autour de trois axes :

les Sorciers de la Musique classique à Tahiti

Pour les élèves des écoles primaires

Seize ateliers pédagogiques, d'une durée de 50 minutes chacun, animés par Sabine  pour les élèves des cycles 2 et 3 de Tahiti (environ 480 élèves du CP à la 6è). Avec l'expertise, la simplicité et l’enthousiasme qu’on lui connaît depuis C’est Pas Sorcier, elle leur expliquera les propriétés physiques du son et présentera les quatre familles d’instruments de l’orchestre symphonique. 
Pour donner toute sa saveur à cette rencontre, les enfants seront invités à devenir acteurs de leurs enseignements (perception, production) et ambassadeurs de leur culture. Avec la complicité de leurs enseignants, ils feront découvrir à Sabine les instruments traditionnels polynésiens.
En amont, un livret pédagogique, intitulé Du Son à la Musique, comprenant notions fondamentales, exemples d’activités et séquences de cours, sera distribué aux enseignants. Le livret est rédigé par Carine Honnart, professeur de musique, installée à Tahiti depuis quatre ans, en collaboration avec Sabine.

Pour les apprentis musiciens

Une série de 13 master classes, d'une durée de 2 heures chacune, pour les élèves du Conservatoire Artistique de Polynésie Française, animées par 2 musiciens de l’Orchestre National de Lyon, Guillaume Dionnet, Tuba Solo, et Stéphane Pelegri, 1er Percussionniste et 2nd Timbalier. 
A l’issue de la première série de master classes, et en concertation avec les professeurs du Conservatoire, 4 élèves seront sélectionnés pour participer aux représentations sur scène du spectacle Souffler n'est pas jouer aux côtés des musiciens professionnels. 

Pour toute la famille

Deux représentations (public scolaire, public famille) du spectacle Souffler n'est pas jouer, produit par l'Auditorium-Orchestre National de Lyon, écrit et mis en scène par Sabine Quindou. Un spectacle pédagogique et participatif, à la manière de C'est Pas Sorcier, pour tout comprendre sur le fonctionnement et le rôle des cuivres dans la grande musique. Il est interprété par Sabine, son acolyte Françoise Carrière dans le rôle de La Voix, et un quintette composé des deux musiciens de l'ONL et des quatre élèves du Conservatoire (cinq cuivres, un percussionniste). Les spectateurs, petits et grands, se verront remettre des embouchures de trombone en plastique pour expérimenter le fameux buzz des cuivres et participer au grand final, une rumba endiablée.

Le public de Polynésie aura non seulement le plaisir de se voir représenté sur scène, mais en plus une oeuvre traditionnelle de son répertoire sera adaptée et intégrée au programme musical. Les représentations se tiendront au Grand Théâtre de la Maison de la Culture à Papeete, en co-réalisation avec Angela R. Productions.

Et en plus... une semaine d'excellence culturelle

Suite à nos entretiens avec la Délégation interministérielle pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer et la visibilité des outre-mer, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous ajoutons un volet à notre projet. Les élèves sélectionnés pour participer au spectacle seront invités à séjourner une semaine en métropole avec un accès privilégié aux grandes maisons de la culture. L’Auditorium-Orchestre National de Lyon notamment, premier partenaire de la Compagnie, leur ouvrira grandes ses portes : accès aux répétitions de l’orchestre, aux concerts, entretien avec le directeur artistique Nicolaj Szeps-Znaider… 

L'Equipe

Si vous souhaitez soutenir le projet, vous pouvez adhérer et/ou faire un don à la compagnie. 


Vous pouvez aussi nous adresser quelques mots d'encouragements, ils nous iront droit au cœur.